CinemascopeZefilms
A la Une

Anna

Autour du sujet

  • Sortie : 10 juillet 2019 (1h 59min) De Luc Besson Avec Sasha Luss, Helen Mirren, Luke Evans

A la bande annonce du dernier Besson on ne peut s’empêcher de s’imaginer que c’est une énième variation de Nikita, personnage culte du réalisateur français qui a déjà eu l’honneur d’un remake américain (nom de code NINA 1993 ),2 films Hong-Kongais (“Black Cat” 1991) et deux séries télé (en 2008 et en 2010)

Pourtant l’Histoire diffère un peu et la jeune mannequin qui se veut actrice tient tout le film sur ses épaules tant bien que mal. Là où le bas blesse c’est que cette espionne russe a un parcours assez atypique mais peu profond au final, l’action se déroule dans une époque révolue sans que Besson n’arrive ne serait-ce que tirer avantage d’un contexte politique et social  pour donner du relief à son récit.


Si la beauté de l’actrice Sasha Luss brûle invariablement à l’écran, son jeu reste d’une fadeur invariable conférent encore plus d’inhumanité à cette héritière de Nikita dénuée de sentiments et d’empathie réelle, avide d’une liberté dont on ne saurait dire ce qu’elle en ferait finalement.

Bien qu’implacable la tueuse russe n’arrive pas à s’affirmer et régresse totalement après l’évolution positive des héröines badass des précédents Besson.

Mais pire que tout dans ce que le réalisateur affirme être “la rencontre entre Nikita et Léon” il recycle sans imagination la violence de sa tueuse mythique et une vague dose d’empathie du tueur à gages….

Autour d’un casting ambitieux dont Helen Mirren et Cillian Murphy, aucun personnage n’arrive vraiment à exister et à marquer le film de son empreinte , l’ensemble étant totalement prévisible de bout en bout.

Surtout à l’ère des séries télé très léchés comme The Americans qui doit couvrir à peu près la même période que le film de Besson ou les films comme Red Sparrow avec Jennifer Lawrence, il est littéralement indécent de faire un film aussi inconstant qui repose essentiellement sur les chorégraphies des combats

Même l’idée des personnalités multiples que doit arborer le personnage avec le principe des poupées russes n’est pas exploitée correctement et est juste vaguement évoquée à quelques moments du film sans conséquences particulières.

Alors non contrairement à ce qu’on pourrait penser ce n’est pas juste une relecture de Nikita, Anna est très en dessous de son aïeule, sans émotion, sans profondeur et surtout sans enjeu crédible.

Pour sa sortie américaine le film a déjà fait un flop magistral, le public français sera donc certainement le seul à aller assister aux soubresauts d’un cinéma qui aurait pu être acceptable dans une autre époque lointaine et/ou par un réalisateur débutant.

UN FILM EN DESSOUS

Décevant

Il y a 30 ans ce film aurait pu être acceptable décrivant une situation et des personnages certes caricaturaux mais qu'on pouvait imaginer crédible. Hélas à l'heure où de The Americans, Black Widow ou Red Sparrow ce film paraît bien fade côté espionnage et malgré tous les efforts de jeu de l'actrice principale on ne parvient pas à se prendre d'empathie pour cette énième fable d'une femme voulant échapper à un destin funeste et au contrôle des hommes par la violence et la manipulation. On a vu bien mieux.

DECEVANT
User Rating: 0.75 ( 1 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer